Papy le sensible

 

 

Voilà, Papy nous a quitté hier matin…Au coeur de cette période qui a dû être si terrible pour lui : impossibilité d’aller marcher où bon lui semble, d’échanger avec qui bon lui semble…#Covid…

Et pourtant, il en avait de la réserve Papy/Jean Beaumer, de la réserve d’énergie, de bonté, d’humilité, de joie. Et une immense sensibilité.

Il nous laisse plein de souvenirs partagés. Comme Michel, Papy a eu une palanquée d’années de licence au club, et les souvenirs que nous avons sont ceux que nous avons partagés avec lui, et ceux qu’il nous a racontés. Quel parcours de vie…

J’ai très souvent évoqué Papy sur ce blog. {cf la liste de notes ci-dessous}, mais il y a deux choses que je n’ai pas évoquées :

*Un jour {je dirais il y a entre 5 et 10 ans^^},  j’ai vu une petite silhouette en haut des marches de la voie verte, penchée en avant, cherchant son souffle, silhouette équipée d’un coupe-vent rouge {celui de cette photo!}. C’était Papy qui faisait son sport! A savoir des séries de montées de marches…Papy la débrouille, qui fait avec ce dont il dispose, Papy et sa créativité… Et chaque fois que j’emprunte ces marches, je pense à lui…

*Papy m’avait dit que quand il avait des insomnies, il récitait les départements français, les préfectures, les sous-préfectures. Je trouve ça classe, super classe. Et quand je retiens un nouveau département, je pense à lui…

Des souvenirs avec lui, on en a tous plein, de buvettes partagées, de crêpes partagées, d’imprévu d’interclubs, d’anniversaires {oui, Papy aimait le crémant!} , Papy distributeur de bonbons, grand fan du « chrono+tablette »! et des vestiaires champêtres. Il y a encore quelques personnes  qui l’ont connu barbu.

Il est et restera notre Papy Mac Gyver, toujours prêt à donner un coup de main, surtout pour tout ce qui concernait nos jeunes

 

Son dernier moment funky avec le club aura été son super anniversaire des 80 ans…

 

 

Cet article a été publié dans Adios les amis. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Papy le sensible

  1. JEAN CLAUDE RENIER dit :

    papy restera pour moi comme un père , gràce à lui qui m’a soutenu dans les différentes courses , :24 heures d’EVREUX , 100 km de gravigny et bien d’autres compétitions où gràce à son soutien j’ai gravi les podiums ! merci papy ! je t’embrasse et repose , on ne t’oubliera jamais , le 24 janvier je vais courir un peu fatigué(68 ans) au départementaux à TRANGIS, je prendrai ta force ! tu nous manques

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s