Michel et Isa

 

 

Comme le dit Isabelle Chevallier, dans le texte ci-dessous, dont elle a confié la lecture à sa maman le jour de l’Adieu à Michel Fouchet, jeudi 29 novembre dernier, toutes les occasions étaient bonnes pour que le coach et son athlète se revoient. J’ai {Sophie} pris cette photo lors des France UNSS qui se déroulaient à Val de Reuil en 2012. Isabelle était là, avec une équipe de son lycée de Dijon.

 

« Michel, c’est au printemps 1982, sur le stade d’athlétisme de l’EAC, que je fais ta connaissance. Ne sachant pas trop vers quelles spécialités m’orienter, tu m’as d’emblée, prise son ton aile.

Pendant plus de 14 ans, tu m’as apporté énormément, que ce soit sur le plan sportif ou personnel. Ensemble, nous avons partagé des victoires mais aussi des défaites. Tu étais toujours présent, au détriment souvent de ta vie de famille. Tu as su me procurer des joies indéfinissables, que seul un athlète et son entraîneur peuvent partager et comprendre. Ta présence, ton soutien dans les moments difficiles, tes coups de gueule aussi, m’ont permis d’atteindre mon plus haut niveau.

Tu m’as orienté également pour le choix de mes études. Professeur d’EPS, je ne te remercierai jamais assez pour cette décision. Tu as été de bons conseils.

Après la naissance de mon 2ème enfant, j’ai définitivement arrêté l’athlétisme mais je prenais toujours un réel plaisir à venir te voir. Dans ces moments-là, nous nous remémorions toutes ces années passées et tu me racontais avec enthousiasme la suite de tes rencontres et réussites avec d’autres athlètes. Même pendant ces derniers mois où tu as lutté contre cette maladie, je pouvais voir une petite étincelle qui ne s’éteignait pas.

Passionné, tu as su transmettre ton savoir et ton expérience à beaucoup d’athlètes. Ils t’en sont, j’en suis certaine, reconnaissants, que ce soit Jacques, Philippe, Cathy, Bacary, Mathieu, Lucie, et bien d’autres encore.

Michel, merci pour tout. Tu n’es plus là, la maladie a eu le dessus, c’est injuste, mais tu resteras toujours présent dans mes pensées et dans mon cœur. Isa »

 

 

Publicités
Publié dans Adios les amis | Laisser un commentaire

Toutes ces/ses couleurs

Jeudi 29 novembre dernier, nous étions rassemblés pour dire au revoir à Michel Fouchet, dans l’église de Navarre, à Evreux. Celles/ceux qui n’ont pu se joindre à nous peuvent découvrir ici le texte que Emmanuel/Manu, son fils, a lu. Merci à lui pour ce beau partage…

Emblème des usines de Navarre

 

« Michel, Foufouch, Papa, nous nous retrouvons ici pour ce dernier salut, là où tout a commencé…

Toi le gamin de Navarre, toi l’enfant d’Evreux, toi l’adolescent qui a usé ses crampons à Cambolle, ses pointes à Jean Bouin et ses runnings en forêt autour de la mare aux biches, tu vas nous quitter là où tu as grandi, là où ta famille, ton frère Yves et tes parents Adrien et Henriette demeurent.

Mais regardons-nous, tous ici réunis! C’est une évidence, ta vie ne s’est pas arrêtée aux limites de ton quartier et de notre cité. Toi, le fils d’ouvrier, tu as cassé les barrières et ta volonté, ton labeur et tes passions t’ont amené à travers le monde. De partout…de Yougoslavie, du Sénégal, de Tchéquie, de Wallis et Futuna, de Nouvelle Calédonie, du Brésil et de toutes les régions de France les soutiens affluent, les souvenirs illuminent et les larmes coulent.

Regardons nous toujours…Du jaune et du gris bien sûr. Les couleurs que tu as portées au quotidien. Toute ta vie dédiée à une entreprise, comme on le faisait à l’époque. Avec fierté et fidélité. Comme ton papa avant toi pour ces usines du bord du quartier…mais ça c’était avant…avant que ces mêmes institutions ne rejettent la valeur des hommes au bénéfice des profits.

Regardons nous encore…du rouge et du blanc, évidemment! Ces couleurs que tu as chéries et portées sous toutes leurs formes et dans tous les rôles. celles de ton club de coeur, l’EAC, tantôt athlète, tantôt dirigeant, tantôt juge et enfin entraîneur. Du bleu blanc rouge aussi, couleurs qu’ont eu l’honneur de porter certains de tes protégés et que tu m’as transmises récemment…

Regardons nous, regardez vous…tout ne fut pas monochrome, surtout pas de noir et blanc…quelle chance nous avons eu, ma soeur Annie-Claire et moi, et évidemment tes petits-enfants Noam, Dehlil, Sacha et Léa…oui, quelle chance d’avoir appréhendé la vie en polychrome grâce à toi…quelle est belle cette vie multicolore dans laquelle tu nous as immergés. Qu’elle est belle cette vie multicolore dans laquelle tu nous as fait grandir! Dans les stades et les gymnases, tous frères!

Du coeur! Du travail! De la fierté! De la fidélité! De la passion! De l’ouverture! des couleurs!

Quelle chance j’ai eu de grandir avec toutes ces qualités qui furent mes tuteurs…

certains pourraient croire qu’il était austère…bougon…intransigeant…taiseux…vindicatif? ceux-là l’avaient sans aucun doute bien mérité!

Il était dévoué, ouvert aux autres, taquin, tolérant et accueillant! Il vous ouvrait la porte, de son intellect, de son coeur et de sa maison! Et si vous étiez honnêtes, vous pouviez y revenir et y rester.

Quelle chance j’ai eu d’apprendre la vie à tes côtés, Papa.

Il savait écouter, conseiller, transmettre.

Quelle chance pour ma soeur et moi d’avoir construit ainsi à ses côté les fondations de notre future passion professionnelle.

Quelle chance j’ai eu de découvrir le chemin vers l’excellence que tu avais déjà foulé, p’tit père.

Quelle chance j’ai eu de grandir sous ton ombre grand homme, bien à l’abri et dans la chaleur de ce foyer.

Quelle chance j’ai eu que vous soyez deux…Qu’à tes côtés soit toujours là Maman, Marie-France, celle vers qui vont toutes mes pensées désormais et que je vous demande de chérir.

Alors, salut Foufouch…merci Michel…Adieu Papa. Prenons toutes ces couleurs et faisons en encore et toujours une lumière. On t’aime. On vous aime. Courage Maman. »

 

 

Merci à Joël Jouan {2è monsieur en partant de la gauche}  pour l’envoi de cette photo

{vous pouvez cliquer dessus pour la voir en plus grand}

Publié dans Adios les amis | Laisser un commentaire

Gilles Rigoulet

 

source

cross du 30-11-1973

Gil Rigoulet

Je n’ai découvert l’existence de ce photographe, Gilles Rigoulet, qu’à l’automne dernier, à l’occasion de cette exposition de photos de rockers, prises à Evreux. Photos diffusées à différents endroits, Les Inrocks, Libération, exposées au 106 à Rouen… Et en farfouillant sur son compte Facebook, j’ai vu cette photo qui ne laisse aucun doute sur l’endroit où elle a été prise! {On reconnait l’IUFM en haut de la colline…}.

Lors d’une conférence sur l’histoire du rock à Evreux, j’ai eu l’occasion de lui demander s’il avait pratiqué l’athlé au sein du club. La réponse est « Oui! » J’ai même, par la suite, trouvé son nom dans le livre des 100 ans du club, page 91, dans la compo de l’équipe d’interclubs de 1973* {au 400 et au 4×400}.

Et il m’a expliqué que c’est l’athlé qui l’a amené à la photographie, le journal La Dépêche lui ayant demandé de couvrir certains événements sportifs. Journal qui a publié vendredi 9 novembre dernier, une longue interview de lui.

 

*avec également Joël Jouan, Jean Beaumer alias Papy, Michel Grgas, Paul Charrier, Jacques Aletti, Michel Firmin, Thierry Bucher, Dominique Lesoeur, Michel Heulin, Michel Coffre, Pierre Lebled, Michel Oursel…pour ne citer que ceux que je connais, que j’ai croisés!

Publié dans Histoire du club | Laisser un commentaire

Coup de ♥

 

Jean Beaumer alias Papy et Floriane Bernard – 2000 ou 2001

Quel bonheur cette photo! Retrouvée par Floriane dans un album familial, photo sans doute prise par Martine, la maman de Floriane. Floriane devait être benjamine. J’ai le souvenir de ses premiers cross UNSS, avec le collège Jean Rostand. On voyait passer Floriane, puis on attendait..attendait…attendait la suite du peloton!

Et Papy a sa « fameuse » tablette!

 

Publié dans Histoire du club | Laisser un commentaire

A Boulouris

 

Track&film

Un peu de retard dans mes publications…En attendant de mettre à jour celles qui sont en attente, en voici une, pour garder un souvenir d’un truc tout frais :

Just Kwaou-Mattey était fin octobre en stage à Boulouris, avec l’élite des jeunes français.

Une superbe photo, avec de gauche à droite : Fabrisio Saidy, Just, Toufik Benoufa, Ludovic Ouceni et Téo Andant. Des coureurs de 400/400mH autour de Just, avec à ses côté Toufik, 1m89 sous la toise, soit 2 cm de plus que Just, deux grands hurdlers!

Publié dans Histoire du club | Laisser un commentaire

Octobre 1968, dossard 117

 

source

12 juillet 2018 : ça fera 20 ans que la France a remporté la coupe du monde de football, et tout le monde en parle!

16 octobre 2018 : ça fera 50 ans que Colette Besson* a remporté la médaille d’or sur 400m aux Jeux olympique de Mexico {Jeux que j’ai déjà évoqués, ICI}, et ça serait bien d’en parler!

Voilà sa course! {Elle fait une Floriaguei avant l’heure…}

*décédée super jeune, à 59 ans

A l’initiative de Serge Laget, un monsieur spécialiste de l’Histoire du sport, quelque chose se prépare pour fêter cet anniversaire, ces 50 ans. Voilà ce qu’il a à vous dire :

Chers Amis, camarades, confrères, et consoeurs, le 16 octobre prochain, il y aura 50 ans, qu’à Mexico au prix d’une ligne droite de tous les diables, la terrible Colette Besson nous faisait vibrer, pleurer comme des madeleines…. Pour ne pas oublier cette merveilleuse championne, et cet exploit, nous nous sommes proposés avec quelques nostalgiques n’ayant que des pistolets à eau dans la poche revolver, à moins que ce ne soit l’inverse, d’éditer un album souvenir, de confectionner un petit bouquet avec des textes originaux, des dessins, des caricatures, des peintures, un ex voto ou deux…Bref avec de la ferveur…Si vous vouliez bien vous joindre à cet hommage, vous nous combleriez…Photographes, journalistes, poètes, écrivains, scientifiques, romanciers, conquérants de l’inutile, sculpteurs, pourquoi ne pas reprendre votre plus belle plume et nous dire ce qui s’est  alors passé en vous…On pourrait le partager, le faire partager à des jeunes n’ayant pas eu cette chance... Ce livre, que vous pourrez dédicacer début juillet, sera vendu 10e (contrôle d’huissier) au profit de la recherche sur la moelle épinière du professeur Saillant. Une vente des souvenirs de la championne suivra 100 jours plus tard, elle sera en partie dédiée à la même oeuvre. Merci. Voilà, vous savez tout. Peut-être au plaisir de vous lire et de revivre ensemble quelque chose d’inoubliable, bien cordialement

Serge Laget

 

 

Colette Besson, puissance 5…

Il y aura 50 ans le 16 octobre, qu’à la surprise générale, au prix de la plus belle ligne droite de l’histoire du sport, Colette Besson devenait à Mexico, championne olympique du 400 mètres. Un exploit qui avait ému la France entière, et qui fait encore frissonner les nostalgiques. C’est dire si la prochaine dispersion des souvenirs de la championne retient notre attention. Autour de LA médaille d’or, 400 souvenirs (médaillettes, badges, carnets d’entraînement, coqs, accréditations, trophées de Royan, du Bec, de l’équipe de France, etc) seront ainsi dispersés par maître Vermot.

Le jour J sera le 16 octobre, avec exposition la veille (La Salle, 20 rue Drouot, Paris 9è). La famille, comme le professeur Saillant diront un mot; une partie de la vente étant dédiée à la recherche sur le cerveau et la moelle épinière (ICM). Un mois plus tôt (le 13 septembre) un livre d’hommage à la championne, avec des textes et dessins de tous ses amis, sera lancé à 1968 ex, dédicacé, et intégralement vendu au profit de la même oeuvre. Et ce au même endroit, et avec le relais de toutes les associations sportives de bonne volonté (interntionaux, athlé, fair play, collectionneurs, etc). Nous comptons beaucoup sur vous, votre association, vos relais pour la diffusion, car avec un prix de vente de 10e, nous voudrions éviter le lourd problème des envois. Un tirage de tête de 117 exemplaires sera destiné aux mécènes, il comportera une reproduction numérotée du mythique dossard de la championne.

Cette vente phare du 16 octobre sera le sommet de dix jours de ventes aux enchères dédiés au sport. En effet, quatre ventes classiques l’encadreront. Elles concerneront : a) les sports mécaniques (vélo, auto, moto) et aériens; b) les sports de balle (golf, tennis) et de ballon (basket, foot, hand, rugby); c) les sports de combat (boxe (Siki-Carpentier, Cerdan,), lutte, judo) et de force et adresse (haltéro, tir, gym); d) sans oublier les Jeux Olympiques (mascottes, cravattes, montres, médailles, fanions, etc), l’athlé (Paul Rebeyrolle, etc) et l’omnisport (Racing, Stade, etc). Chaque vente comportera 400 lots. Donc entre le 8 et le 18 octobre, il y aura du « grain à moudre », comme disaient Nelson Mandela et Jacques Vabre…

Renseignements : Etude Vermot, 26 rue Cadet, 75 009. Paris. Superbe catalogue couleur en septembre.

 

Je sais pas vous, mais moi, je vais suivre ça! Il se trouve qu’une de mes soeurs a couru contre Colette Besson, sur 400mH à Bordeaux, dans les années 70…{Le premier 400 mètres haies féminin connu a eu lieu en 1971. L’IAAF rend cette course officielle en 1974, qui ne devient discipline olympique qu’en 1984}

 

Publié dans Histoire de l'athlétisme | Laisser un commentaire

Dans ton assiette

 

 

 

 

Maeva, une de nos services civiques, nous a proposé mercredi soir dernier au club-house, une petite conférence autour du thème de l’hygiène de vie des athlètes.

Blandine Parent, diététicienne qui officie à Sacquenville*, a évoqué tous les points qui doivent organiser l’alimentation, l’hydratation des athlètes, avant, pendant et après les entraînements, les compétitions… De quoi faire!

Conférence très interactive, avec plein de questions posées.

La 30-40 taine de personnes présentes composait un public très varié, avec des moins de 20 ans plutôt « piste », des plus de 20 ans piste, trail, route, des parents de moins de 20 ans…et les interrogations/attentes des uns et des autres ne sont pas forcément les mêmes!…

Chacun a pu en fin d’intervention obtenir des éclairages plus précis, et nous tenons à adresser à Blandine Parent tous nos remerciements! Ainsi qu’à Maeva!

*Coordonnées disponibles au club

Publié dans Conseils en tous genres | Laisser un commentaire

Graffs

 

 

 

Ces deux photos ont été prises à Tourlaville lors du 2è tour de nos interclubs. Le genre de détails que je découvre APRÈS la compétition, grâce aux photos. Parce que, comme je l’ai déjà évoqué, quand on est juge lors des interclubs, on ne voit quasiment rien de la compétition…

Alors, grand plaisir/sourire que la découverte de ce « Oui, ça va le faire » graffé sur les gambettes de Debora, et de ce hamburger sur le bras de Ludo. Y a toute une histoire autour du hamburger et de Ludo, une histoire de pari, challenge, dont je n’ai pas tous les détails, mais qui revient sur le tapis régulièrement!

Le grand artisan de ces graffs est Cap’taine Mathieu et ses feutres Posca. Un plus des Interclubs qui s’affine tous les ans {depuis 2015…} et qui vient compléter la collection des ingrédients qui nous mettent en joie.

 

Publié dans Les Interclubs | Laisser un commentaire

Chanceux

 

 

 

Vous connaissez beaucoup d’athlètes qui peuvent fêter leur anniversaire avec un si amazing gâteau?! {oui, c’est un gâteau…tellement bien fait qu’on peut avoir du mal à le croire!}

Et je suis sûre que ceux/celles qui connaissent un peu le club ont deviné qui en était l’auteur! {dont on a évoqué les talents ICI . Cette même personne a également supervisé la confection de ce gâteau qui avait fait sensation en 2016}

Quant au chanceux bénéficiaire, qui a donc fêté son anniversaire il y a quelques semaines, il s’agit d’un coureur de demi-fond, jeune, très connu maintenant en Normandie et qui a battu dimanche dernier son record de plus de 10″ sur une épreuve où on met plus ou moins les pieds dans l’eau!^^ Epreuve qu’il a remportée, sur le stade de Tourlaville.

Publié dans Divers | 1 commentaire

Reines Tagada

 

De gauche à droite, nos trois triple-sauteuses : Octavie Mendy 10m93 en indoor, 10m82 sur piste, Thierrine Correa 11m26 en indoor et 10m68 sur piste {en BF!} , Lucy N’Sonda 11m06 en salle, et 10m87 sur piste

Voilà quelques années déjà que lorsqu’une de nos jeunes athlètes tape un de mes records, je lui offre un sac de fraises Tagada.

Il y a eu Rosine DaCosta et Sarta Marena, en 2006 {et des Tagadas d’Or pour Thomas Boston et Valentin Boulay, qui m’avaient épatée cette même année}.

Entre temps, d’autres l’ont fait, sans recevoir de fraises Tagada! Un peu de laisser-aller… 😉 …

Il y a Floriane Bernard, qui m’a éjectée du Top 10 « tous temps » du club en triple-saut, Laure Marcheron en hauteur, Coralie Gassama et Sarah Mille sur 400mH, et peut-être d’autres que j’oublie?!

Vendredi dernier, j’ai honoré ma promesse pour nos trois jeunes reines du triple-saut! Elles ont toutes les trois sauté plus de 10m89, mon propre record. Certes, elles l’ont fait en indoor, alors que mon record est sur piste, mais quand même, voilà…les chiffres sont là! C’est la classe trois filles à ce niveau! * {cela dit, j’attends plus de 10m89 sur piste maintenant!}

Une petite précision qui les étonne toujours : mon record date de 1991, j’avais 33 ans {et 3 enfants!^^} et le triple-saut n’était autorisé pour les femmes que depuis…1990…{je pense ne pas me tromper…}. C’est toujours un peu étrange pour nos jeunes de découvrir ce genre de choses, qu’à leur âge, les filles de ma génération n’avaient pas droit à la perche, au triple, au marteau…etc…

A l’époque, je n’imaginais pas du tout ce qu’allait devenir cette épreuve, comment les jeunes filles allaient se l’approprier, comment allait évoluer le niveau…Je ne sais même plus quand les benjamines et minimes ont eu le droit de triple-sauter…

 

*Coach : mister Bouba

 

Publié dans Divers, Histoire de l'athlétisme, Histoire du club | Laisser un commentaire